Reniflettes et longueur de laisse

 

En balade, il n’est pas rare de faire des arrêts pour laisser son chien renifler, pour aller d’une bonne odeur à une autre ou de siffler son chien détaché pour le faire revenir à soi, alors qu’il s’est un peu éloigné et est occupé à copieusement sentir les herbes, les arbustes.

 

Une étude a été menée sur plusieurs chiens auxquels on propose une balade en laisse courte, longe plus longue ou détaché pour déterminer la relation qui eput être établie entre le type de balade et son bien-être. Une corrélation a ainsi pu être établie entre le pouls du chien et le type de balade qu’il faisait. Les chiens équipés de capteurs ont pu démontrer que leur pouls baissait avec la balade en longe (environ 5 m) et encore plus avec une balade en liberté. Il a également été remarqué que lorsque le chien se secoue en balade, cela a aussi une incidence que la baisse de son pouls.

 

Si on en a la possibilité, une balade en liberté va apporter eu chien le plaisir de la découverte, la reniflette party dont il rêve et l’apaisement maximal ; néanmoins une balade en longe a aussi des effets bénéfiques sur le chien sur son niveau de stress, réduit par l’opportunité de sentir, de renifler, de ne pas être toujours près de son maître et aussi de pouvoir faire des choix : on observe une augmentation d’environ 2,5 fois plus de temps pour renifler qu’en laisse courte. La laisse courte est à proscrire dans le cas d’une balade plaisir, car elle ne permet ni satisfaction en termes d’apaisement, ni éloignement du chien pour explorer l’environnement.

 

Les conditions de l’étude en détails : 5mn de balade proposées en trois formats (laisse d1m50, longe de 5 mètres, ou détaché) réalisée avec 61 chiens (de races, de tailles variées, stérilisés ou non) qui ont l’habitude de se promener régulièrement ou pas, qui tirent en laisse ou pas, parmi lesquels on compte 37 mâles et 24 femelles de caractères totalement différents.

 

L’étude complète accompagnée des graphiques originaux est disponible sur le site internet Dogfieldstudy de Cristina et Aurélien Budzinski et a fait l’objet d’un article dans le Bark magazine de novembre 2019.

 

Article rédigé en avril-mai 2020